Dr Bandar Mohamed Hajjar, président de la BID : « Le Sénégal peut compter sur nous »

Le président du groupe de la Banque Islamique de Développement, le Dr Bandar Mohamed Hajjar, a effectué une visite des chantiers de  la deuxième section du prolongement de la Voie de dégagement nord (VDN) à Diamalaye et à Cambérène, mais aussi au niveau de la gare du Train express régional (TER).  

« Le Sénégal peut compter sur la Banque Islamique de Développement (BID) car nous sommes un partenaire sûr pour le développement économique et social », a déclaré le Dr Bandar Mohamed Hajjar,  président du groupe de la Banque Islamique de Développement. Il a fait cette déclaration à l’issue d’une visite des travaux de la deuxième  section de la VND et à la gare du TER. D’après le Dr. Hajjar, son  institution continuera à appuyer les efforts du gouvernement. En plus  de l’apport financier direct, la BID contribue aussi en aidant le gouvernement à mobiliser des ressources d’autres partenaires au  développement. Ainsi il a évoqué que la BID et le Sénégal  entretiennent de bonnes  relations depuis  1976, date du début de la collaboration. « Notre objectif est de renforcer cette coopération avec  le gouvernement du Sénégal pour l’intérêt de la population sénégalaise », a-t-il dit. Et de rappeler que depuis l’adhésion du Sénégal à la BID, un montant cumulé de 2,5  milliards de dollars a été  approuvé comme financement pour notre pays. A l’en croire, ce montant a servi à financer plusieurs secteurs comme les infrastructures, l’éducation, la santé, l’agriculture, l’énergie, l’eau, l’assainissement, etc.

Sur le terrain, ce dernier a constaté que la majorité des travailleurs dans les différents projets sont des  Sénégalais. De ce fait, il a mesuré l’impact économique et social des projets financés par la BID au Sénégal. Concernant la deuxième section de la VND, les travaux sont en cours avec un taux d’exécution  physique de 70% et la fin  des ouvrages est prévue  en juin 2018. Ce  projet, d’un coût de 38,5 milliards de francs CFA, d’après un dossier remis à la presse, a créé  320 emplois. Compte tenu des tâches spéciales, précise-t-on,  plus  de  25 soudeurs sénégalais ont été formés aux techniques de « soudure avec fil fourré sans gaz » qui constitue une manière de faire dans les chantiers de pétrole. Selon la source, le projet a impacté 75 concessions sur une  emprise qui était occupée en grande partie par 233 installations irrégulières. Le coût des  impenses s’élève à 2,7 milliards de FCFA. A Cambérène, les représentants de la population, avec le maire de la commune, M. Mame Amadou Samba, sont venus étaler leurs doléances au Président du groupe de la Banque Islamique de Développement dans  le cadre de la responsabilité  sociétale de l’entreprise.

Parmi les demandes, on peut retenir la construction d’un marché aux poissons de 50 cantines,  le long de la VDN pour loger les femmes, la rénovation des écoles publiques, le désenclavement de la cité, la construction d’un deuxième poste de santé, d’un air de jeux, entre autres. Ainsi  il a  été  assuré que  le projet a pris en compte certaines préoccupations, mais  que pour les  nouvelles  sollicitations, il y aura une concertation entre  le gouvernement et son partenaire la BID.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here