Les engagements sécuritaires pour l’année 2017 : Macky Sall a tenu la plupart de ses promesses

Africa Check est une organisation dont l’existence vise à promouvoir la précision dans le débat public et dans les médias en Afrique.

Africa Check est une organisation indépendante et non partisane, qui vérifie les déclarations faites dans l’espace public en utilisant les compétences journalistiques et les preuves provenant des derniers outils en ligne, des lecteurs, des sources publiques, des experts, et en faisant la part des choses entre les faits et la fiction pour en publier les résultats.

Dans son message de nouvel an de l’année dernière, le 31 décembre 2016, Macky Sall avait annoncé le recrutement de policiers et de sapeurs en 2017, en plus du durcissement des sanctions pénales liées au terrorisme.

« Les pouvoirs publics continueront de veiller sur la sécurité des personnes et des biens. Pour l’année 2017, dix nouveaux postes de police frontaliers seront créés, 1 769 agents de police et 1 416 agents de sapeurs-pompiers tous grades confondus seront recrutés », avait déclaré le chef de l’Etat sénégalais.

« De plus, j’ai demandé au gouvernement de travailler au durcissement des peines prévues pour certaines catégories de crimes et délits graves », avait-il souligné.

Ces engagements ont-ils été respectés ?

Africa Check a fait son enquête.

Des policiers ont-ils été recrutés ?

Au mois d’août 2017, la Direction générale de la police nationale a lancé  le processus de recrutement de policiers  à travers l’organisation d’un concours. Le calendrier de concours qu’Africa Check a consulté renseigne que le nombre de postes en compétition est arrêté à 1 513 dont 1 208 agents de police.

La liste des candidats déclarés admissibles ainsi que les convocations pour la dernière phase sont disponibles sur le site web de la Direction générale de la police.

Africa Check a contacté le chef du Bureau des relations publiques de la police, le commissaire Tabara Ndiaye. Elle confirme le processus d’engagement de nouveaux policiers en cours.

«Nous sommes en train de recruter. Cela entre dans le cadre d’un plan de recrutement en vigueur depuis 2009.  Chaque année, nous organisons un concours», a expliqué le commissaire Ndiaye.

Des sapeurs-pompiers ont-ils été engagés ?

Contrairement à la police, la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) ne dispose pas d’école de formation pour le moment. La formation ses sapeurs-pompiers se  fait donc dans les casernes et dans les écoles militaires.

Néanmoins, le sergent Albert Sarr du Bureau des relations publiques de la BNSP  a indiqué à Africa Check que « le concours de recrutement spécial est en cours ».

Contacté par Africa Check, le directeur des ressources humaines, le colonel Abdoulaye Ndiaye, a confié à Africa Check que «le nombre annoncé par le chef de l’Etat a été effectivement recruté».

Et le durcissement annoncé des peines ?

Le 28 octobre 2017, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi modifiant le code pénal. La séance  plénière a été largement couverte par les médias.

Cette nouvelle loi précise ce que  l’on peut qualifier d’actes terroristes. Ensuite,  elle prévoit désormais des peines pour des personnes participant à la préparation  ou participant à un acte terroriste.

Ces délits sont punis d’une peine de travaux forcés à perpétuité. Quant à «l’apologie du terrorisme», elle est punie d’un emprisonnement de 5 ans ferme et d’une amende allant de 500 mille à 2 millions de francs.

Conclusion : les engagements ont été globalement respectés  

Macky Sall s’était engagé, le 31 décembre 2016, à recruter de 1 769 policiers et de 1 416 sapeurs-pompiers  en 2017, et à  durcir les sanctions pénales liées au terrorisme.

La police est en train de boucler son processus de recrutement, même si le nombre d’agents annoncé lors du discours de nouvel an n’est pas atteint. A la Brigade nationale des sapeurs-pompiers, le  niveau de recrutement est effectif, selon le directeur des ressources humaines, Abdoulaye Ndiaye.

De plus, le  gouvernement a soumis un projet de révision du code pénal en octobre 2017. Un texte que l’Assemblée nationale a adopté. Les engagements dans le secteur de la sécurité ont donc été globalement respectés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here