Nomination d’Aminata Niane : Macky Sall désavoué par BBY et M23 de Ziguinchor

On se souvient de la fameuse phrase de Wade, fraichement, élu président de la République, s’adressant aux socialistes : « venez avec moi ou bien vous irez en prison ». La coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) et le mouvement du 23 juin (M23) ne sont pas du tout contents de la décision du Président Macky Sall de nommer Aminata Niane comme ministre conseillé. Selon ces instances, Mme Niane est citée dans la gestion désastreuse de l’ANOCI et de l’APIX.

Malgré les précisions du président Macky Sall qui voulait mettre fin aux séries de contestations sur certaines de ses nominations, en disant ceci : « je suis le chef de l’Etat et je nomme qui je veux », ceux qui l’ont porté au pouvoir, il y’a six mois, ne décolèrent pas. Pour Seydou Goudiaby, coordinateur départemental du mouvement du 23 juin (M23), cette nomination ne rassure pas. Et l’on s’inquiète que ce régime nomine des personnes citées dans les malversations financières sous la gestion de Wade, alors qu’elles devaient être entendues par la justice, avec ce responsable du M23. Ousmane Ndiadé, de BBY/Ziguinchor, invitera le Macky Sall à se souvenir de son fameux discours. « Le Président a beaucoup crié partout qu’il ne protégera personne. Les mêmes causes entrainent les mêmes effets. Un appel à une gestion vertueuse risque de sonner creux, s’il n’est pas accompagné de mesures idoines », dira-t-il. Sur le cas Aminata Niane, nommée ministre conseillère à la présidence, alors qu’elle est citée dans la gestion désastreuse de l’APIX et l’Anoci, ce Yaakariste assène ces vérités au chef de l’Etat. « Les choses sont simples, notre pays a besoin de tous ses fils, quelle que soit leur couleur politique. Cela est d’autant plus vrai que ces hommes et femmes sont experts dans leurs domaines de compétences et surtout, ont été éduqués et formés, grâce à l’argent du contribuable. Maintenant pour le cas Aminata Niane, je ne veux pas particulariser les choses, mais il est dit que toute personne citée dans les affaires de malversations financières doit être auditée. Le président de la République devrait attendre que les audits nous édifient sur ses gestions, avant de lui confier une responsabilité », se désole Ndiadé. Une sévère mise en garde, pour la majorité présidentielle, surtout, le parti du Président Macky Sall, qui semble être dans une optique de recruter les anciens responsables libéraux pour massifier l’Apr. Une stratégie que les libéraux avaient érigée en règle.

Ibrahima Khalil DIEME

REWMI QUOTIDIEN