Le e-commerce, un grand potentiel pour le Sénégal

Au cours des vingt dernières années, l’économie mondiale a été transformée par la numérisation et l’évolution rapide des technologies, qui stimulent le commerce électronique. Il semble toutefois que les pays développés et en développement disposent souvent d’un environnement plus favorable au commerce électronique, et profitent donc plus facilement de ses retombées, ce qui n’est pas encore le cas des pays les moins avancés (PMA). Mais du côté du Sénégal, on s’active !

Selon la Conférence des Nations Unies sur le développement du commerce (CNUCED), les ventes mondiales de commerce électronique ont atteint 25,3 billions de dollars américains en 2015. En Afrique, bien que les prévisions de croissance soient positives, avec un taux de croissance qui devrait passer de 2,2% en 2013 à 2,5% en 2018, le commerce électronique reste dominé par quelques pays, dont l’Égypte (3,9 milliards de dollars) et l’Éthiopie (0,06 milliard de dollars EU), au Ghana (0,09 milliard de dollars EU) et en Afrique du Sud (1,2 milliard de dollars EU).

 

Les défis auxquels les pays africains sont confrontés dans le contexte du commerce électronique sont multiples : l’infrastructure, la fiabilité des plateformes de commerce électronique, le faible taux d’utilisation des moyens de paiement électroniques, le cadre juridique naissant dans ce domaine, le manque de connaissances et de compétences informatiques en matière de commerce électronique de la part des entreprises et des consommateurs, ainsi que l’absence de politiques et de stratégies nationales sur le commerce électronique.

Le Sénégal quant à lui dispose d’environ 60 sites de commerce électronique dans différents secteurs : de moyens de paiement électroniques (Paydunya, Orange money, Wari, Joni-Joni, Poste-cash, etc.), de logistique et de livraison (Rapidos, Tiak-Tiak , Carrapide, etc.), et un cadre juridique et institutionnel pour le commerce électronique.

Alioune Sarr, Ministre du commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme se felicite des avancées réalisées dans le domaine du e-commerce. Il a ajouté : « Afin de gérer la dimension e-commerce de la mise en œuvre de la stratégie « Digital Sénégal 2016-2025 », mon département travaille à la conception d’une politique cohérente pour le commerce électronique. En conséquence, en plus du cadre institutionnel existant, un cadre consultatif national a été mis en place le 26 janvier 2017 pour créer une synergie d’actions. Il rassemble des acteurs du secteur public, du secteur privé et de la société civile impliqués dans le commerce électronique ».

Bien que de nombreux défis doivent être relevés, le commerce électronique est présenté comme un domaine particulièrement prometteur.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here