“Le futur du cinéma et de la musique est en Afrique” Baaba Maal

“J’aime vraiment beaucoup le film, je ne m’attendais pas à ça” dit-il à propos du succès du dernier Marvel. Il ne serait pas exagéré de prétendre que Black Panther est très sénégalais. La voix de Baba Maal retentit dans le film de façon claire, audible et authentique. Une ouverture vers le Sénégal qui rend crédible la trame.

Baaba Maal, un des plus grand ambassadeurs de la musique africaine décrit « Black Panther » comme un film qui a une identité africaine. Il a pu laisser entendre que « Black Panther est vraiment l’histoire du continent africain, mais une histoire qui projette l’Afrique vers le futur ». « La chanson que j’ai chanté dans Black Panther parle de l’histoire d’un roi de la tradition Pular qui a été conseillé par son entourage d’aller récupérer son trône exactement comme dans Black Panther ». A expliqué Baaba Maal à propos de « Wakanda », le titre produit par Ludwig Göransson.

Pour les besoins du film, Ludwig Göransson, compositeur suédois a été chargé de marquer le film « Black Panther » de Marvel, pour cela il ne s’est pas seulement contenté de visiter une bibliothèque universitaire ou de regarder des vidéos YouTube…Pour lui c’était une évidence. Il fallait puiser son inspiration dans les racines africaines… Il a fait un voyage de recherche en Afrique.

Presque tous les sons inhabituels de la partition « Black Panther » ont été enregistrés au Sénégal, où le compositeur Göransson a passé deux semaines et demi à accompagner le chanteur-guitariste Baaba Maal en tournée. Maal a présenté Göransson à d’autres musiciens sénégalais, et beaucoup ont joué sur la bande-son. Baba Maal chante (dans la langue Fula) à propos de la mort du père de T’Challa; il a collaboré avec Göransson sur la chanson, entendu quand Wakanda est révélé pour la première fois dans le film.

Pour les cinéastes, travailler avec Baaba Maal a été l’occasion d’intégrer la musique africaine aux côtés de la bande sonore de Kendrick Lamar.

Pour Maal lui-même, c’était une chance de prêter sa voix à un nouveau type de narration sur son continent. “J’aime beaucoup l’histoire et le défi de raconter l’histoire”.  J’avoue que je n’imaginais pas que le film aurait l’impact qu’il a maintenant, c’est incroyable” s’est-il exclamé.

Selon Baaba Maal, l’industrie musicale et cinématographique a compris que le continent africain représente le futur. « Hollywood a compris que le futur du cinéma et de la musique est en Afrique », constate-t-il.

« Black Panther projette l’Afrique vers le futur parce qu’on voit la technologie, on voit toutes les richesses naturelles de l’Afrique. Notre continent n’est pas un continent d’hier, c’est un continent d’aujourd’hui et de demain. Et ça on le retrouve dans Black Panther », soutient Baaba Maal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here