Décès du bassiste du Super Etoile Habib Faye

La musique sénégalaise encore en deuil. Habib Faye, le bassiste, claviériste, compositeur et producteur nommé au grammy du Sénégal et surtout connu comme directeur musical du Super Étoile de Dakar de Youssou N’Dour est décédé à Paris, des suites d’une maladie. Il était l’un des bassistes africains les plus talentueux du dernier quart de siècle.

Il joue de la basse et produit de la musique pour Super Etoile depuis 1984 ou avant. On croit qu’il a repris la basse à l’âge de 13 ans, mais a commencé son exploration musicale à l’âge de 9 ans, grâce à son frère aîné, Vieux Mac Faye, lui-même guitariste accompli. Ses autres frères sont aussi des musiciens. Lamine Faye est l’un des guitaristes les plus populaires et les plus respectés du Sénégal, et a longtemps été membre de Super Diamono , avant de partir en 1991 pour former son propre groupe, Lemzo Diamono. Adama Faye, décédé en 2005, est considéré comme l’un des pionniers du clavier au Sénégal. Il était l’un des membres fondateurs de Super Diamono et jouait également des clés pour Super Etoile dans les années 80. Les frères Faye sont, à bien des égards, très semblables aux frères Wooten, bien qu’ils n’aient jamais formé de groupe.

Super Etoile est l’un des meilleurs groupes live d’Afrique, et ils voyagent partout dans le monde depuis près de trois décennies. En fait, en novembre 2007, le critique musical Robert Christgau a déclaré sur All Songs Considered de NPR qu’il croyait que le groupe de Youssou N’Dour était le meilleur groupe de musique live au monde. Habib Faye cite la tournée mondiale «Human Rights Now» d’Amnesty International en 1988 comme étant peut-être sa période la plus enrichissante en tant que musicien. Il dit que cela lui a permis de devenir bassiste en partageant la scène avec des icônes de la musique, comme Peter Gabriel , Sting , Tracy Chapman et Bruce Springsteen . C’est aussi au milieu de cette tournée que l’album The Lion, auquel Peter Gabriel a participé, a été enregistré. Gabriel inviterait Habib à le rejoindre sur d’autres disques de son cru plus tard.

En 1996, Mickey Hart l’ engage pour jouer des parties de basse sur son album Mystery Box [1] . Le CV de Habib Faye comprend également de nombreux artistes tels que Manu Katche , Mokhtar Samba , Joe Zawinul , Paco Sery , Gilberto Gil , Chet Atkins , Mark Knopfler , Branford Marsalis , Poogie Bell , David Sancious , Lionel Loueke , Tania St Val , Jacob Devarieux , David Sanborn , Carlinhos Brown du Brésil, pour n’en nommer que quelques-uns. Il a réalisé des albums pour les artistes les plus vendus au Sénégal, tels que Viviane N’Dour et Kiné Lam.

Au Sénégal, il est considéré comme un véritable génie puisqu’il a porté la basse à un tout autre niveau dans cette nation ouest-africaine. Il est l’un des bassistes du Sénégal qui a mis la basse à l’avant-plan et en a fait un instrument à prendre en compte. La chanson Bekoor , tirée de l’album Badou de 1984 de Youssou N’Dour, est une référence pour de nombreux bassistes sénégalais. Il a produit pratiquement tous les albums de Youssou N’Dour depuis 1984, y compris le célèbre Guide 1994. En plus d’avoir des années de travail à son actif, de produire et de tourner avec Super Étoile, il a participé à de nombreux projets musicaux au Sénégal, en travaillant avec des artistes locaux. Le dernier en date est Abdou Guité Seck , ancien chanteur de Wock, qui poursuit maintenant une carrière solo. Son dernier album devrait sortir plus tard cette année.

Le point fort d’Habib est sa polyvalence. Il a grandi dans un environnement où la musique n’avait pas de frontières. Ses parents ont grandi en dansant la salsa et le rock ‘n’ roll. Il a également grandi en voyant ses frères aînés expérimenter avec des sonorités de jazz et de blues. Il peut virtuellement jouer n’importe quel style, du Mbalax le plus roots (le style musical prédominant du Sénégal) au Funk le plus groovy, sans oublier l’Afrobeat et le jazz.

Harmattan , le premier groupe qu’il a fondé, a été l’un des acteurs de l’édition 1998 du Festival international de jazz de Saint-Louis , au Sénégal, l’un des festivals de jazz les plus importants en Afrique. Ces dernières années, Habib se concentre sur le nouveau -jazz band qu’il met occasionnellement ensemble, Habib Faye Quartet. La composition change parfois.

En ce qui concerne sa philosophie musicale, il explique qu’il n’essaie pas de rivaliser avec les musiciens de jazz ou de faire du pur jazz, mais il essaie de rapprocher deux mondes différents, à savoir la richesse du son africain et le monde du jazz. Il amène le mélange de la musique africaine et du jazz à un nouveau niveau en y ajoutant des instruments africains traditionnels tels que Kora , Sabar , Tama et d’autres moins connus. La musique africaine étant très axée sur les percussions, Habib a développé une technique où il peut souvent être entendu jouer des parties de percussions sur sa basse. Cela a pour effet de rendre son son bien plus rythmique et distinctif. Sa marque de Mbalax que l’on peut entendre dans la plupart des albums de Youssou N’Dour, notamment ceux sortis sur le marché sénégalais, met en avant la basse percussive. Avec cela, il donne plus de pouvoir aux instruments traditionnels africains mentionnés ci-dessus. Ses expériences ont abouti à la sortie d’un album live, uniquement disponible au Sénégal, en hommage à Jaco Pastorius , Live au Central Park de Dakar. Vous pouvez l’entendre sur l’album revisiter certaines des lignes les plus connues de Jaco pendant ses années Weather Report , en y ajoutant une touche africaine.

La musicalité de Habib Faye ne s’arrête pas à la basse; Il est également un joueur de clavier expérimenté. Il peut être entendu jouer de la basse clavier sur d’innombrables chansons Super Étoile. Il est l’un des meilleurs bassistes de clavier sur le marché. Il a été le pionnier du clavier marimba dans la musique sénégalaise, et c’est le style le plus populaire au Sénégal en ce moment. Paradoxalement, il pense que les producteurs sont maintenant coincés avec ça et ne semblent pas vouloir aller plus loin. Le manque de créativité de certains directeurs musicaux sénégalais l’inquiète particulièrement. Son travail à la guitare n’est pas moins important. Tout cela est mis en évidence dans le DVD Live at Union Chapel de Youssou N’Dour sorti en 2003.

En 2006, Habib s’est envolé pour New York pour travailler avec Angelique Kidjo sur son dernier album, Djin Djin [3] , sorti le 1er mai 2007. Le site de Kidjo lui attribue le titre de «géant bassiste sénégalais». Djin Djin, qui a remporté un prix Grammy en 2008, présente une myriade de stars, telles qu’Alicia Keys, Peter Gabriel, Carlos Santana, Josh Groban et Branford Marsalis. Habib tourne actuellement avec Angelique Kidjo, et l’a été depuis l’année dernière. Ils ont récemment joué au North Sea Jazz Festival aux Pays-Bas.

En mars 2008, Habib Faye a poursuivi ses expérimentations de jazz en emmenant avec lui Lionel Loueke , guitariste d’ Herbie Hancock , et Mokhtar Samba, l’un des meilleurs batteurs d’Afrique, à Dakar pour une série de concerts d’afro-jazz. L’acte a été surnommé le “trio magique”.

Habib a endossé les basses de De Gier [4] en juillet 2008. Le guitariste hollandais le crédite sur son site internet comme “un bassiste incroyable”.

Habib Faye travaille actuellement sur son premier album qui devait initialement sortir en 2009, mais il est toujours en préparation.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here