Décision de La CEDEAO sur l’affaire Khalifa Sall… Quel impact ?

Six mois après leurs saisies, les juges de la CEDEAO ont rendu leur verdict. Un verdict qui va à l’encontre de celui rendu par le Sénégal, ce qui est pris comme un affront par le pays. De quels droits remettent-ils en cause la justice sénégalaise ?

Accusé d’avoir profité de ses fonctions pour détourner 1,8 milliard de francs CFA de la régie d’avance de la mairie de Dakar, Khalifa Sall avait  été déclaré coupable « d’escroquerie aux deniers publics », « faux et usage de faux dans des documents administratifs » et de « complicité en faux en écriture de commerce ». Nous sommes face à une juridiction de droit commun qui juge des délits sans aucune connotation politique. L’usage de faux et l’escroquerie sont des infractions constantes dans ce dossier.

Si le procès en appel s’ouvre si vite, c’est que les éléments du dossier étaient suffisamment probants. Les nouveaux éléments dont dispose la justice prouvent que la réparation sollicitée par l’État sénégalais était fondée.

La défense accuse l’exécutif de vouloir accélérer ce procès, mais en réalité c’est elle qui cherche à le ralentir. Elle a en effet multiplié les recours pour retarder le jugement en première instance, afin qu’il intervienne après les élections législatives de juillet 2017. Son objectif était de permettre à Khalifa Sall de bénéficier de l’immunité parlementaire. Mais cette tentative n’a pas eu l’effet escompté, puisque Khalifa Sall n’était pas encore candidat aux législatives au moment de son interpellation.

La cours de justice de la CEDEAO reconnait qu’elle ne peut pas remettre en cause les lois nationales, Seule la cour d’appel peut remettre en cause la décision de première instance. ce qui devrait permettre à la justice de maintenir son verdict. Les accusés étant Sénégalais,  doivent être jugés par la Justice de leur pays à qui nous devons faire confiance. Une décision que l’on peut donc juger d’inutile et infondée étant donné qu’elle n’aura pas d’impact ni d’influence sur cette affaire et que les arguments de CEDEAO sont injustifiés.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here