Quand l’opposition du Sénégal se désintégre…

L'opposition-se-désintegre

L’opposition du Sénégal serait-elle en danger ? Il semblerait que oui ! Chaque jour sa nouvelle histoire, et après moultes rebondissements, coups bas et poignards dans le dos, c’est décidé, c’est acté, Madické Niang a claqué la porte du PDS. Aujourd’hui, on apprend dans la presse qu’il fait campagne seul. L’opposition au Sénégal est en chûte libre, et va à sa perte devant son incapacité à s’unir.

A l’approche de l’échéance présidentielle, seul un climat de méfiance et de défiance régne au sein du PDS. Désolidarisation, désaccord, querelles intempestives, le PDS s’agite depuis des mois, mais n’a toujours pas de candidat, ni de stratégie définie et encore moins de programme concret à proposer.

Les voix discordantes se multipplient au sein du parti, qui traverse une crise profonde. Les sénégalais sont inquiets, et perdent tout espoir face à une opposition qui se désagrège.

Pour ne citer que quelques exemples, Abdoulaye Wade s’est tiré une balle dans le pied. Sa soif de pouvoir et son égoisme ont été mis à jour.

Ousmane Sonko, quant à lui, inquiète les sénégalais. Nombreux sont sceptiques, un président salafiste n’a pas sa place dans la démocratie Sénégalaise. Sonko utiliserait la tactique de la Taqiya, un moyen stratégique de dissimuler sa foi dans le but d’accéder au pouvoir pour ensuite instaurer la charia.

Quant à Idrissa Seck, après plusieurs déclarations qui ont fait polémiques, le candidat “fantôme” semble être sorti de la scène politique.

Avons-nous atteint le summum de la contestation interne au sein du PDS, l’opposition parviendra t-elle à trouver un terrain d’entente ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here