Des records de productions battus pour la campagne agricole 2018

recoltes-agricoles-record

L’effet combiné du programme agricole régulier, du programme d’adaptation et la bonne pluviométrie, qui a caractérisé la deuxième moitié de la campagne, expliquent les très bonnes récoltes attendues pour l’ensemble des spéculations. Et une méthodologie de collecte commune aux 15 pays de la CEDEAO plus le Tchad et la Mauritanie a toujours permis de confirmer cette tendance haussière des productions agricoles au Sénégal.

La presse, ce mardi 6 novembre 2018, au Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, sis aux Sphères ministérielles de Diamniadio, pour faire la restitution publique des chiffres de cette présente campagne agricole, en présence de tous les acteurs et des représentants venus de chacune des 15 régions du Sénégal.

Auparavant, le porte-parole du jour de cette mission, le Tchadien Monsieur Al Khalil ADOUM du CILSS est revenu sur les différentes étapes de leurs travaux en précisant que la mission s’est déroulée du 30 octobre au 6 novembre 2018 et a eu à rencontrer les différents services nationaux concernés par le suivi de la campagne agricole (DAPSA, CONACILSS, Direction de l’Agriculture, Direction de la Protection des Végétaux, Groupe de Travail Pluridisciplinaire, Secrétariat Exécutif du Conseil National à la Sécurité Alimentaire, les Organisations des Producteurs, les Partenaires Techniques et Financiers, FAO et PAM). Poursuivant, Monsieur ADOUM a rappelé que la mission a analysé la méthodologie des statistiques agricoles, la situation pluviométrique, la situation hydrologique, la situation des cultures, la situation phytosanitaire et la situation pastorale, entre autres. Selon lui, Il est sorti de ces analyses les points suivants :

  • Un  début d’hivernage difficile caractérisé par des pauses pluviométriques très longues par endroits, entre juillet et première décade du mois d’août ;
  • Une bonne pluviométrie de la dernière décade du mois d’août jusqu’à la deuxième décade du mois d’octobre.
  • Le gouvernement du Sénégal, pour faire face à ce début d’hivernage difficile, avait mis en place un programme d’adaptation portant sur 5 spéculations à cycle court (niébé, sésame, pastèque, sorgho et manioc).

Al Khalil ADOUM a déclaré, dans le rapport de la mission, que cette anticipation du Gouvernement du Sénégal mérite d’être saluée et doit inspirer beaucoup de pays du Sahel.
Selon la mission conjointe, c’est l’effet combiné du programme agricole régulier au programme d’adaptation et la bonne pluviométrie qui a caractérisé la deuxième moitié de la campagne, qui expliquent les très bonnes récoltes attendues pour l’ensemble des spéculations.
Les résultats prévisionnels livrent, par spéculation, les chiffres suivants pour la campagne de l’année 2018:

  1. Production céréalière estimée à 2 million 732 mille 109 tonnes, soit une hausse de 9% par rapport à 2017 et une hausse de 47% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Cette production céréalière se répartit comme suit :
  • La production du RIZ est de 1 million 132 mille 795 tonnes, soit une augmentation de 12% par rapport à la campagne agricole de 2017 et une hausse de 47% par rapport à la moyenne des 5 dernières années,
  • La production de MIL est de 827 mille 601 tonnes, soit une baisse de 5% par rapport à la campagne de 2017 et une hausse de 29% à la moyenne des 5 dernières années,
  • La production de SORGHO est de 291 mille 171 tonnes, soit une hausse de 35% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 88% par rapport à la moyenne des 5 dernières années,
  • La production de FONIO est de 3 mille 921 tonnes, soit une hausse de 2% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 22% par rapport à la moyenne des 5 dernières années,
  • La production de MAÏS est de 476 mille 621 tonnes, soit une hausse de 16% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 63% par rapport à la moyenne des 5 dernières années,
  1. La production d’ARACHIDE est de 1 million 432 mille 086 tonnes, soit une hausse de 2% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 49% à la moyenne des 5 dernières années ;
  2. La production de NIEBE est de 151 mille 055 tonnes, soit une hausse de 39% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 92% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  3. La production de SESAME est de 18 mille 552 tonnes, soit une hausse de 44% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 100% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  4. La production de MANIOC est de 1 million 022 mille 802 tonnes, soit une hausse de 37% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 123% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  5. La production de COTON est de 19 mille 224 tonnes, soit une baisse de 4% par rapport à l’année 2017 et une baisse de 4% par rapport à l’année 2017 et une baisse de 13% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  6.  La production de PASTEQUE est de 1 million 174 mille 416 tonnes, soit une hausse de 47% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 387% par rapport à la moyenne des 5 dernières années
  7. La production HORTICOLE (en cours) est de 1 million 423 mille 250 tonnes, soit une hausse de 8% par rapport à l’année 2017 et une hausse de 27% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  8. La production de POMME DE TERRE est de 140 mille tonnes, soit une hausse de 17.86% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 116.64% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  9. La production d’OIGNON est de 428 mille 615 tonnes, soit une hausse de 7% par rapport à la campagne 2017/2018 et une hausse de 23% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
  10. Le volume des exportations de tous produits horticoles confondus s’élève à 106 mille 200 tonnes en 2016-2017, soit un accroissement de 8%

Des recommandations ont été faites à l’endroit du Sénégal. Il s’agit de pérenniser et renforcer le programme d’adaptation, entre autres.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here