2019, une année d’accomplissements et de réalisations au Sénégal

INFRASTRUCTURES-SENEGAL

Matar Ba ministre a saisi l’occasion pour défendre la politique de l’Etat dans le secteur du sport et ses infrastructrures mais aussi de répondre à différentes interpellations relatives aux retombées de la Coupe du monde, la reconduction du Cng, l’organisation des Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ), entre autres. Pour le présent exercice, le budget a connu une hausse de 1,3 milliard de FCfa.

La politique sportive du Sénégal va s’adosser principalement sur les infrastructures et la  réduction progressive du  fossé dans le pays. Matar Ba a invité les collectivités locales  à faire davantage d’efforts dans la construction d’infrastructures sportives. Tout en réitérant la volonté du chef de l’Etat de démocratiser la pratique du sport par la mise en place progressive des stades de proximité à l’échelle nationale.

C’est ainsi que pour le stade de Mbacké,  le ministre des sports a prévu de se rendre sur place en compagnie  de l’Agetip avant le lancement prochaine des avis d’appels d’offres relatifs au redémarrage des travaux. Par rapport au stade Assane Diouf, il a préconisé des solutions alternatives pour lever le contentieux foncier qui bloque le lancement des travaux. Il indique à ce propos que des appels d’offres relatifs aux travaux de réhabilitations des stades  de Tivaouane et de Malika ont été lancés. Dans cette perspective, il a invité les collectivités territoriales conformément aux compétences transférées à faire des efforts dans la construction sportive.

En somme, l’Etat a décidé de mettre 65 milliards  dans les infrastructures sportives dans les trois prochaines années.

«Dans le programme triennal, nous avons 65 milliards d’investissement dans le domaine des infrastructures.  Le combat que l’on a montré dans le domaine des infrastructures, nous aurons les moyens d’aller au bout. Pour les priorités, on avait prévu de démarrer par les stades. Parce que ce sont des disciplines collectives. Aujourd’hui, on a fait de très grands pas dans ce domaine. Il faut accompagner les autres disciplines qui sont des disciplines de combats, individuels. C’est ce que l’on va faire dans tout le pays», confie le patron du sport sénégalais.

«Les résultats sont adossés à de bonnes infrastructures»

Tout en se félicitant de l’attribution des Jeux olympiques de la Jeunesse,  le patron souligne qu’elle a été une consécration de la vision du chef de l’Etat.

«Les membres du CIO ne sont pas des enfants chœurs. Le chef de l’Etat nous a permis d’avoir Dakar Arena et tout ce qu’il faut et une vision pour le développement du pays. Il a accompagné le lobbying au niveau du sport. Le Sénégal s’est vu attribuer les Joj à l’unanimité et par acclamation. Ceux qui ont précédé le Président Sall ont eu leur conception du sport. Mais lui, il a fait plus. C’est comme cela que l’on construit un pays», commentera-t-il avant de poursuivre : «Avec Macky Sall, on a gagné les Jeux africains. On est allé en  demi-finale de Coupe d’Afrique en U20, on a été en 8èmes de finale Coupe du monde de basket, qualifié à la Can de football, on a été presque à la finale… Ces résultats sont adossés à de bonnes infrastructures. Par conséquent, les sportifs sénégalais ont le droit d’espérer.  Nous avons aussi des personnalités dans les grandes instances : le président Seydou Diouf qui est au niveau de la Cahd, le Président Mamadou Diagna Ndiaye a qui est au niveau du Cio, Mbagnick Ndiaye qui gère l’escrime, le président Alioune Sarr qui gère le développement de la lutte traditionnelle. Ils ont besoin de l’appui du Sénégal, de l’appui de la population. Il faut qu’elle comprenne que le Sénégal est respecté partout. Ils méritent des félicitations».

UTILISATION DES RETOMBES DU MONDIAL : MATAR BA EN PHASE AVEC LA FSF

Interpellé sur l’utilisation des retombées financières de la participation de la Coupe du monde estimées environ à 6 milliards de Fcfa, Matar Ba de rappeler que la Fédération sénégalaise de football, en relation avec la Fifa, qui ne travaille par directement avec les Etats, a déjà fait des propositions sur l’utilisation des fonds.

Abordant dans la foulée, le traitement salarial du sélectionneur national Aliou Cissé, il a soutenu qu’il travaille également en «parfaite intelligence» avec la Fédération sénégalaise de football.

«Nous sommes en train de revoir son salaire. Il faut le revaloriser et le mettre à niveau. Le président de la République s’est engagé contre l’injustice»,  informe Matar Ba.

Reconduction du Docteur Alioune Sarr et du Cng : «il n’ y a pas débat !»

Sur les interpellations sur le Cng et la reconduction d’Alioune Sarr à la tête du Cng, il indique qu’elle relève de sa compétence contrairement aux présidents de fédérations qui sont élus. Mais, avancera-t-il, il est dans les dispositions pour recueillir les préoccupations des différents acteurs afin d’améliorer le cadre normatif de la lutte.

«Ce n’est pas un débat car, c’est une prérogative du ministre des sports. Tout texte est appelé à évoluer. Le débat est ouvert, chacun peut donner son point de  vue. Mais, il faut maitriser toutes les données pour se prononcer là-dessus et prendre la bonne décision. Toutefois, le président Alioune Sarr mérite des félicitations. On devrait le féliciter parce qu’il a été choisi, avec d’autres Sénégalais, parmi les 15 millions de Sénégalais pour être à leur service. Un débat s’est installé et beaucoup d’institutions ont participé aux concertations qui ont conduit à la mise en place d’une charte», explique-t-il, en annonçant que le docteur Alioune Sarr et la nouvelle équipe du Cng seront installés ce mardi 4 décembre.

Autres informations, il a fait savoir que le travail sur l’avant-projet du code du sport est déjà dans le circuit administratif pour son adoption avant les JOJ 2022. Comme, il a rappelé que le montant global pour la construction de l’Arène nationale est estimé à 32 milliards avec une contrepartie sénégalaise de 5 milliards. Soit 27 milliards apportés par la Chine.

Le budget du ministre des sports a été arrêté à la somme de 15 milliards 767 855 480 FCfa pour 2019 contre 14 milliards 392 003 060 FCfa en 2018. Soit une hausse de 1 milliard 376 856 420 FCfa en valeur absolue et de 9,57 en valeur relative.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here