Le Fonds d’impulsion de la microfinance mise sur les services décentralisés

microfinance-Senegal

Au Sénégal, le Fond d’impulsion de la microfinance (FIMF) met le cap sur les projets décentralisés. Passé de 100 millions à 1 milliard francs CFA pour 2019, il réserve « près de 220 millions de francs CFA » aux services financiers décentralisés (SFD), selon la ministre de tutelle, Aminata Angélique Manga, en charge de l’Economie solidaire et de la Microfinance.

Le Fonds d’impulsion de la microfinance (FIMF) continue sa mue et annonce des dispositions pour une meilleure prise en charge des besoins de financement des populations sénégalaises du monde rural notamment. L’organisme étatique dont le budget alloué en 2019 a été multiplié par 10, passant de 100 millions à 1 milliards de Fcfa (environ 2 millions d’euros) va affecter près de 220 millions de francs CFA à 13 services financiers décentralisés, a précisé Aminata Angélique Mangane. Une annonce faite, lors d’une cérémonie d’installation du système d’information et de gestion, organisée à Dakar.
Pour l’inclusion des produits de la microfinance au Sénégal.

Les crédits octroyés par ce Fonds d’impulsion de la microfinance vont s’élever désormais à 903 millions 646 mille francs CFA correspondant au financement de 479 projets nécessaires à la création d’un millier d’emplois, a détaillé Aminata Angélique Mangane. Le chiffre peut paraître dérisoire dans un pays où le taux de chômage des personnes âgées de 15 ans ou plus a été estimé à 15,7% au premier trimestre 2017, selon l’Enquête nationale sur l’emploi au Sénégal (ENES) réalisée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD). Mais le programme veut se démarquer par son aspect inclusif.

« Il ne faut pas oublier que le renforcement du fonds a permis de contribuer considérablement à l’essor de la microfinance en soutenant la capacité d’intervention des SFD, afin de garantir une meilleure inclusion financière », a indiqué Aminata Angélique Manga à l’agence presse sénégalaise.

Sur sa plateforme officielle, l’organisme étatique mis en place pour mieux centraliser et répondre aux besoins spécifiques du Sénégal en termes de microfinance, définit sa mission comme suit : «Permettre aux Systèmes Financiers Décentralisés d’offrir des produits et services financiers et non financiers, adaptés aux besoins des membres».
Le FIMF créé par décret étatique en 2005 a depuis connu de nombreux changements opérés au gré des orientations adoptées par ses ministres de tutelle successifs, qui y voient un moyen d’améliorer l’accès au financement et d’assurer l’autonomisation économique, surtout dans l’intérieur du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here