Législatives 2022 : 56% des candidatures sont portées par des hommes, 44% par des femmes

La parité exigée par la loi n’est pas respectée dans la représentativité aux élections législatives. Un manquement qui risque d’entraîner de sérieuses pénalités pour les partis.

Sur les 6 293 candidatures validées pour le premier tour des élections législatives dimanche 12 juin, 56% sont portées des hommes, 44% par des femmes. La loi contraint les partis politiques à respecter la parité. Ainsi, elle n’a, une fois de plus, pas été respectée pour ce scrutin.

Toutefois, il y a une amélioration comparé aux trois précédentes élections. Car les partis sont fortement incités à se soumettre à cette règle. Les pénalités financières peuvent être élevées. Les aides publiques allouées à neuf partis ont été réduites. Cela représente un manque à gagner de plus de 2,25 millions d’euros.

Par ailleurs, ce n’est pas parce que la parité est respectée dans les candidatures que l’Assemblée nationale sera paritaire. L’enjeu est que des femmes soient investies dans des circonscriptions gagnables. Il y a cinq ans, l’Assemblée nationale comptait 39% de députées.